World Academy W

Forum RPG sur le dating game d'Hetalia (Gakuen Hetalia)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Visite Nocturne [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romano Vargas


avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 23/02/2010
Age : 28
Localisation : Entouré par la Mer Méditérannée

Country Paper
Pays / autre:

MessageSujet: Visite Nocturne [Libre]   Mer 15 Aoû - 14:16

L'italien se trouvait dans son champs de tomates, situé à quelques mètres derrière sa maison du sud de la péninsule. Se concentrant sur sa récolte de fruits rouges qu'il affectionnait tant, les disposant au fur et à mesure dans un cageot déjà bien rempli. Romano y remit une avant de lever les yeux vers le ciel, apercevant le soleil se coucher en laissant une lueur orangée se propager durant le déclin de l'astre. Tout ceci ne pouvait signifier qu'une seule chose, que c'était l'heure de retourner à sa demeure. Son cageot prit dans ses mains, il se dirigea chez lui.

Une fois arrivé à l'intérieur par la porte de la cuisine qui donnait sur le jardin, l'italien posa sa caisse de bois sur le sol. Puis retira le chapeau qu'il avait pris afin d'éviter d'attraper un coups de soleil durant sa cueillette de tomates qui à son avis fut assez fructueuse.

Mais lorsqu'il entreprit d'en prendre une pour la goûter, une sonnerie retentit. Sans nul mal il reconnu le son de la sonnette. Une légère moue apparu sur son visage à l'idée d'un visiteur importun.

"Merde c'est qui qui vient pour m'faire chier ?! "

Lâcha Romano tout en allant vers la porte d'entrée qu'il finit par ouvrir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Ludwig Weillshmidt

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 24
Localisation : Dans une piscine de bière

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Libre]   Mer 22 Aoû - 9:15

Notre cher Allemand décida de changer d’air pendant les vacances, il était déjà partit plusieurs fois en France et en Espagne qui restaient ses deux destinations favorites, mais là, non, il voulait voir d’autres paysages. Il se souvint d’un jour où Feliciano lui avait parlé de son pays. Allemagne avait déjà un peu voyagé en l’Italie du Nord, mais jamais le Sud. Pourquoi ? Simplement, il n’avait pas très envie de rencontrer le frère d’Italie Nord : Romano. Ce dernier l’avait pris en grippe depuis un certain temps et Allemagne ne comprenait toujours pas bien pourquoi. Là, il fallait qu’il se décide malgré tout. Fixant du regard son calendrier, il prit la décision de passer une semaine là-bas, en Italie du Sud. Après tout, le territoire était assez vaste et la population dense, tomber sur Romano serait quasiment impossible.

Pendant sa semaine de vacance, il apprit très approximativement à vivre au rythme Italien, mais ce qui le bloquait surtout était la sieste pendant les fortes chaleurs, il tenait dix minutes maximum. Le reste de l’après midi, il en profitait pour nettoyer ou lorsque le temps se rafraîchissait un peu, il allait visiter la région ayant bien planifié ses visites avant de venir en Italie.
Alors qu’il voulait se coucher de bonne heure, Berlitz tout content vint vers lui. Ludwig assit sur son lit, haussa un sourcil, non pas de chien dans la chambre, trop de poil partout. Il aperçut dans la gueule du chien la laisse pour le promener. Il vérifia si les deux autres eurent aussi la même idée. Mais personne derrière la porte. Allemagne soupira. C’est ainsi qu’il se retrouva dehors alors que le soleil envoyait ses derniers rayons. Il prit une lampe de poche au cas où.

Ils se promenèrent pendant quelques minutes. Allemagne enleva la laisse du chien trottant alors librement à côté de lui. Ils passèrent devant un champ de tomate. Ludwig s’arrêta un instant à contempler ces rangées de tomate, il était sensible au beau paysage. L’Allemand décida qu’il était l’heure de rentrer, mais lorsque qu’il se retourna vers son chien, celui-ci avait disparut. Il chercha autour de lui et l’appela, mais rien personne en vue. Ludwig soupira, il allait faire peur à deux trois Italiens s’il appelait son chien avec sa grosse voix, mais il le fit quand même. Un bruit de feuille se fit entendre avec un aboiement en prime, mais le chien voulait jouer à cache-cache au lieu de rentrer. Ludwig ne l’entendait pas de cette oreille là, il se « faufila » comme il pu dans le champ de tomate pour l’attraper. Il s’arrêta dans sa course : et si le propriétaire du champ le voyait à piétiner ainsi ? Ludwig aperçut un peu plus loin une maison près du champ. Il partit en informer le propriétaire la lampe de poche à la main. Arrivé devant l’entrée, il sonna une fois et entendit qu’on râlait derrière la porte. Ludwig stressa un coup, le propriétaire n’avait pas l’air très aimable, il allait surement jamais récupérer son chien.
La porte s’ouvrit, dans un Italien très maladroit, il s’adressa au propriétaire :

- Buonasera, je …

Il vit Romano. Ludwig avait pourtant calculé ses chances de rencontre avec l’Italien, il en déduisit donc que cette soirée allait être malchanceuse, mais peut-être que son cerveau lui jouait des tours à cause de sa fatigue et de la chaleur ! L’Allemand referma la porte d’entrée, attendit deux secondes et la rouvrit. Romano se trouvait toujours derrière. Ce n’était pas une illusion. Il soupira tout en passant une main dans ses cheveux et referma délicatement la porte. On ne sait jamais avec cet Italien, il pourrait bien inventer une fente dans la porte s’il la fermait un peu trop brusquement, il se serait vu obligé de la réparer jusque tard dans la nuit.

Muni de sa lampe de poche, Ludwig décida de partir seul à la recherche de son chien dans le champ de tomate. L’expliquer à Romano était tout bonnement impossible, il ne comprendrait pas.
Si seulement quelqu’un d’autre pouvait passer dans le coin, mais avec sa chance actuelle…
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romano Vargas


avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 23/02/2010
Age : 28
Localisation : Entouré par la Mer Méditérannée

Country Paper
Pays / autre:

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Libre]   Mer 29 Aoû - 4:34

Durant sa marche vers la porte d'entré l'italien n'avait de cesse de pester et surtout de chercher qui pouvait bien osé venir le déranger à une heure pareil. Son frère ? Très probable. Espagne ? Il en était quasiment certain en connaissant l'espagnol et sa manie de le « coller » de temps à autres. Belgique et son frère ? Là il n'aurait pas dit non à leur visite, aussi bien à celle de la jeune femme que de l'autre. Ou pire, une personne qu'il n’appréciait guère comme un certain Francis Bonnefoy par exemple pour ne pas citer que lui. Lorsqu'au final il ouvrit la porte, il n’aperçut pas son visiteur en premier lieu mais il l'entendit s'adresser à lui.

- Buonasera, je …

Grinçant légèrement les dents à l'entente de l'accent qui lui égratignait les oreilles. Rien qu'à l'entente de la phrase il pouvait deviner qu'il ne s'agissait pas de l'une des personnes qu'il songeait voir. Romano finit tout de même par lever les yeux avant de les cligner à plusieurs reprises. Non l'individu qui se trouvait juste devant lui ne pouvait être cet allemand qu'il haïssait tant, il devait être en plein rêve … ou plutôt en plein cauchemar en l’occurrence. Il le vit fermer la porte un instant et il en profita pour se pincer l'avant histoire de vérifier qu'il ne dormait point. Il ne retenue pas un légère grimace après l'avoir fait, traduisant la douleur passagère de son geste. Ce qui signifiait qu'il n'était pas en train de délirer dans un cauchemar. Puis il revit la porte se rouvrir. Encore le germanique.

Romano le fixa quelque secondes sans rien dire. Qu'est ce qu'il pouvait bien faire là ? Devant chez lui en plus. Sa tomate, qu'il n'avait pas encore eu le loisir de manger, toujours en main il s’apprêtait à l'insulter au moment où l'autre que ce dernier ferma de nouveau la porte. L'italien resta interloqué l'espace de deux secondes avant de commencer à sourire. Non pas un sourire franc mais plus un sourire satisfait. La raison à cela était très simple. Si l’allemand venait de faire comme s'il allait repartir c'est qu'il devait avoir peur de lui, du moins c'est ce que croyait le latin. Pourtant tout ceci ne répondait en rien à une certaine question : Pourquoi diable était venu jusqu'ici ? Pour le narguer ou peut être bien … L'unique manière de le savoir était de lui demander. De lui demander en criant et en le traitant de tous les noms comme à son habitude. La porte fut rouverte une nouvelle fois sauf qu'elle le plus plus violemment que les fois précédentes.

- Putain le bouffeur de patates tu viens foutre quoi ici ? Tu viens chercher mio fratellino pour continuer à le pervertir et le rendre macho ? Bah pas d'bol il n'est pas là !

Sortant de sa demeure, l'italien continua à sortir un florilège d'insultes dans sa langue natal avant de voir la cible de tout ceci se diriger vers son champs de tomates. Ce lieu qu'il privilégiait tant. Un frisson le parcourra en craignant pour se que l'allemand comptait y faire. Et pour se faire, il le suivit tentant de ne pas se faire remarquer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aph-rpg-15ansapres.forumactif.org/
Ludwig Weillshmidt

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 28/07/2012
Age : 24
Localisation : Dans une piscine de bière

MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Libre]   Mar 11 Sep - 14:33

C'était un chien. En définition, un chien reste fidèle à son maître, aime jouer, mais ne voit rien dans la pénombre contrairement aux chats. Le problème était là: le chien allait se perdre et Ludwig s'était attaché à lui durant ses longues années. Il savait aussi que le chien n'était pas éternel et que l'animal allait un jour disparaître, retourner à la terre; l'allemand frissonnait chaque fois à cette idée, lui il ne craignait pas vraiment la mort, en même temps, être née en temps que pays assurait l'immortalité. Chine en était le bon exemple, mais la mort pouvait vite les attraper dans les pires souffrances, l'empire Romain et Germania furent les plus connu.
Allemagne refoula ses idées noires et continua ses recherches. Il avait atteint le champs lorsqu'il vit un brin de lumière derrière lui, il se retourna, l'habitant enfin Romano avait l'air d'être en forme car il l'entendit quelques bribes de sa phrase:

-Putain ....... tates tu viens fo ..... oi ici ? T .... ercher mio fratellino ..... tinuer à .... perver .... et .... endre macho ?..... d'bol .... pas là !

Il doit être fatigué pour mâcher autant ses mots ou l'acidité des tomates lui a rongé le cerveau? Les deux hypothèses n'étaient pas à exclure, un Italien était quasiment capable de tout. Tout. Combien de fois il a retrouvé Feliciano dans son lit à lui faire des câlins alors que l'Italien préférait draguer les filles? Combien de fois il avait découvert dix millions de drapeaux blancs fait main pour toute une armée? Combien de fois il avait surpris les deux frères à contourner les lois si pur et juste de leur propre pays? Combien de fois il les avait surpris à flâner au lieu de travailler? Siesta ou pas, il faut travailler! Oui ils étaient capable de tout.
Allemagne fit quelques pas dans le champ et s'arrêta. N'est ce pas un peu suicidaire de se "promener" ainsi? Dans le champ de tomate de Romano, en faite c'était surtout le fait que cela soit dans le champ de l'Italien du Sud qui était suicidaire. Bah, il tenait plus à son chien que à l'intégrité mental de Romano, au cas où il irait s'expliquer avec Feliciano.

L'homme soupira continuant sa marche, écartant quelques tomates et branches à ne pas écraser sur le passage. On ne savait jamais, Allemagne n'avait aucune envie de rembourser quelques tomates à peine effleurées, déjà qu'il avait dû mal à prêter de l'argent à Grèce... ce n'était donc surtout pas pour des tomates qu'il allait dépenser une fortune.

-BERLITZ! HIER, KOMME ZURÜCK!

Rien pas un aboiement. Ludwig passa le faisceaux lumineux de la lampe de poche entre les rangées de tomates, mais toujours aucun chien en vu. Il avait une chance d'espérer que la faible lumière pouvait encore attirer l'animal. Mais Berltz était du genre... têtu, ce n'était vraiment pas comme son maître, en faite, aucun de ses chiens avaient le même trait de caractère que lui. L'allemand soupira de nouveau, son côté pessimiste prenait le dessus. Si il lui était arrivé malheur? Peut-être qu'il y avait des pièges pour animaux sauvages avec appât? Berlizt était bien assez bête pour aller piquer la nourriture du piège. L'homme s'imagina le chien geignant une pâte coincé ou pire! Geindre? Si il avait fait le moindre petit bruit, Allemagne l'aurait entendu de suite. Il avait encore des chances de retrouver son chien en un seul et unique morceau!

Le blondinet était arrivé à moitié du champ, il avait appelé accompagné du balayage constant de la lampe de poche. Il fallait se rendre à l'évidence: en plus de son habitude fâcheuse à ne rien écouter, le chien s'était bel et bien perdu. Enfin, il n'avait pas l'air d'être dans le champ... mais où peut-il bien être? Aurait-il trouvé quelqu'un d'autre en revenant sur le chemin où tout deux étaient précédemment? Ou était il partit seul à la maison de vacance, voir pire, seul jusqu'en Allemagne. Il eu l'impression que son visage se décomposait ou partait attiré soudainement vers la terre. Non, il fallait qu'il se reprenne ses esprits, il était fière et froid pour tomber à la renverse. Mais son hypothèse lui avait filé un sacré coup.
Que faire? Tel était la question. Rejoindre Thomato-man pour lui demander de l'aide? Ce qui n'était franchement pas à espérer, ou continuer seul sa route jusqu'à chez lui pour vérifier si le chien était bien rentrée à la maisonnette? Il resta planté comme une tomate au milieu du champ à essayer de trouver une solution à son problème, la réponse devait être rapide et précise.

Il entendit quelque chose derrière lui qui le sortit des ses réflexions. Le chien? Une personne intelligente qui viendrait l'aider? Romano? Allemagne se tourna vers le bruit lui faisant face de toute sa hauteur, la lampe torche dirigé maladroitement en-dessous de son visage lui donnait une tête à faire vraiment peur digne d'un acteur des maisons hantées.

-Was?
dit-il sèchement


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite Nocturne [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite Nocturne [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\ Visite nocturne dans la chambre d'une comtesse...(PV)
» Visite nocturne [PV Aurélien F/ Mirta] [ATTENTION MEURTRE]
» [palais de l'épine dorée] Visite nocturne...
» 1657- Abbaye aux Dames, ville de Saintes
» Visite Nocturne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World Academy W :: Continents :: Europe :: Italie-
Sauter vers: